Skip navigation
Share This:

BMC Software est sponsor lors du prochain Summit AWS qui aura lieu le 25 Juin, à Paris. Venez nombreux à cet  événement pour nous rencontrer sur notre stand qui sera situé dans la zone d'exposition principale du CNIT à la Défense.

 

 

 

AWS.png

 

 

Innovation, réduction des coûts, agilité, le Cloud Amazon Web Services est déjà présent chez vous

 

 

 

.Les solutions BMC Software apportent le contrôle nécessaire pour intégrer dans vos processus les services Cloud hébergés chez AWS ou dans votre Datacenter, et limiter les coûts d’exploitation de votre Cloud.

 

 

Les 4 raisons de participer:

     Découvrez les services proposés par AWS et gérés par BMC Software

     Explorez les cas d'usage du Big Data, des applications Web, des applications métiers ou du PRA dans le cloud

     Echangez les meilleures pratiques avec les entreprises qui ont déjà déployé leurs applications dans le cloud

     Comprenez l’intérêt économique tout en évitant le « Shadow IT » en posant vos questions aux meilleurs experts techniques d'AWS et                BMC Software.    

 

Cet évènement est gratuit et les places sont limitées alors inscrivez-vous vite ici !

Share This:

Plutôt que d'écrire une thèse sur ce qu'est le "DevOps" (ou comment combler l'écart entre les équipes de développement et la production pour les releases applicatives), je vous recommande fortement de jeter un coup d'oeil sur https://www.youtube.com/watch?v=PNvunk2r9qw&hd=1

Cette vidéo démontre comment la Solution BRLM (BMC Release Lifecycle Management):

  1. Fournit toute la visibilité et la coordination au processus de release management
  2. Réduit le time to market entre le développement et la production
  3. Automatise le déploiement des packages vers l'environnement approprié

 

Plus d'informations sur www.bmc.com/devops

Share This:

Orange a fait une session spécifique sur l'automatisation hier où ont participé les membres de la "communauté des développeurs Orange", à savoir les exploitants, administrateurs, packagers, ingénieurs de build etc... (plus de 70 personnes en tout).

 

La question n'est plus pour Orange de savoir si l'automatisation avec BMC Server Automation fait du sens, mais de définir comment en tirer le meilleur via 3 axes:

 

  1. Rendre la solution BMC Server Automation la plus robuste possible car ça devient désormais un outil de production à part entière.
  2. S'assurer que l'ensemble de l'écosystème soit prêt avec les bons usages pour les bonnes utilisateurs.
  3. Bien valider que chaque métier sache quoi faire de la solution et y vienne naturellement pour ses propres besoins.


Ils ont créé une communauté pour l'occasion autour d'un centre d'expertise particulièrement affuté sur BMC Server Automation et un programme "Bladelogic SAGA" (Serveurs Administrés et Gérés par Automatisation) pour s'assurer de l'adoption des utilisateurs.

 

Bravo à Orange pour ce modèle de gouvernance particulièrement réussit et qui permet d'atteindre des bénéfices concrets et mesurables.

Share This:

Le terme “orchestration” vient du monde musical, visant à coordonner et arranger des instruments pour arriver à une harmonie des sons. Dans l’IT, on retrouve cette même notion de coordination et arrangement de différentes ressources systèmes, réseaux, stockages, applicatives etc… Alors c’est simple: on colle un portail au-dessus d’un orchestrateur et on fait du Cloud ? Mon petit doigt me dit que ce n’est pas simple…

Quand il s’agit de créer des workflows permettant de provisionner et déprovisionner des services simples, le nombre de combinaisons est limité et c’est facilement réalisable. Mais l’intérêt économique du Cloud est justifié quand on voit au-delà:

  1. Provisionner des services complexes sur différentes types de ressources (on ne va pas déployer une VM de la même façon ni au même endroit un environnement de dev ou de prod);
  2. S’assurer que ces ressources sont bien disponibles aujourd’hui et le seront encore demain;
  3. Prendre en compte la gestion des processus de l’entreprise (et notamment la gestion des changements et des configurations);
  4. Tenir aussi compte de la performance des services provisionnés pour faire du scale-up ou scale-out etc…

 

Alors comment faire ? Utiliser le module « Studio » de l’orchestrateur et embaucher un ingénieur du son (pour reprendre l’analogie avec la musique) ? Combien de workflows, web services et autres templates faudra-t-il créer puis maintenir ? Comment gérer les montées de versions des modules en entrée et en sortie des workflows, ou même de l’orchestrateur lui-même ?

 

BMC utilise l’orchestrateur pour 2 rôles principaux:

  1. Automatiser des tâches d’exploitation (fameux « run book automation »).
  2. Et pour tout ce que notre plateforme de gestion du Cloud BMC Cloud Lifecycle Management (CLM) ne sait pas nativement gérer. Pour tout le reste (et notamment ce que j’ai cité plus haut), le Service Governor de CLM prend les bonnes décisions sur la base de règles et politiques configurées dans l’outil.

Le résultat est que nos clients ont une plateforme de gestion de leur Cloud non seulement plus agile mais aussi et surtout beaucoup plus simple à administrer. Si le Cloud est l’avenir de l’IT comme tout le monde le pense, alors BMC définit comment éviter que les coûts économisés lors du provisioning et déprovisioning des services ne soit réinvestis en coûts de maintenance de l’écosystème Cloud.

Filter Blog

By date:
By tag: